Faune et Flore

Depuis 1986, les terres du Haut-Jura sont protégées par la Charte environnementale du Parc Naturel Régional du Haut-Jura. Tourbières, pelouses sèches, lacs, forêts, milieux rupestres...

La nature riche et variée offre une terre d’accueil pour toute une multitude d’espèces animales et végétales dont certaines sont rares et protégées.

Vous pourrez apercevoir bien d’autres animaux de montagne : rapaces, chamois, hermines, biches, renards... en vous promenant dans nos forêts et campagnes.
Ces animaux sont sauvages et bien souvent protégés. Essayez de ne pas les déranger et de simplement les observer.


 
animal-world-4397295-1920-561

Le lynx boréal
Espèce en voie d’extinction, il est réintroduit dans les années 1980 sur le massif jurassien. On peut l’apercevoir aux premières lueurs du jour près des cours d’eau sauvages. Animal solitaire, il se fait très discret, beaucoup de patience et de chance sont nécessaires pour réussir à le croiser.
 
Grand tétra Jura

Le grand Tétras 
Appelé aussi Coq de Bruyère, c’est l’un des plus gros gallinacés d’Europe (jusqu’à 87 cm d’envergure) et il fait partie des espèces protégées. Animal sauvage vivant en forêt, il est parfois téméraire et s’aventure sur les routes… Attention, ne cherchez pas à l’approcher, il sait se défendre et se montrer agressif.
épicéa-foret-jura


L’épicéa
Ce conifère aux aiguilles carrées est le composant principal des forêts haut-jurassiennes. Son bois est utilisé traditionnellement pour réaliser les caisses des horloges comtoises et la
layetterie, mais aussi pour réaliser les tavaillons recouvrant les maisons.
Gentiane-jaune-jura

La gentiane jaune
Connue pour ses vertus médicinales, la gentiane jaune pousse dans les pâturages, en altitude, entre 800 et 1700 m. On dit que plus les gentianes sont hautes, plus il y aura de neige en
hiver. Si la cueillette des racines est réglementée, il est possible d’en cueillir les fleurs. Alors faites attention à ne pas emporter les racines si vous souhaitez en ramasser !
sabot-de-venus


Le Sabot de Vénus
Espèce protégée. La Vallée de la Bienne, autour de Saint-Claude, est l’un des rares endroits où l’on peut encore en observer. Le Sabot de Vénus fleurit entre mi-mai et mi-juillet. Sa cueillette est strictement interdite.